L'aide apportée par Bruitparif

Bruitparif facilite la mise en œuvre de la directive européenne 2002/49/CE à l’échelle francilienne à travers la coordination de la réalisation des cartes stratégiques de bruit.

Bruitparif assure le pilotage du projet de cartographie régionale. Ce projet a un triple objectif :

Les enjeux du projet de cartographie régionale du bruit

Dans le détail, Bruitparif réalise la modélisation du bruit produit par les infrastructures routières de moins de 3 millions de véhicules par an (hors Paris), et les agrège avec les cartes relatives aux grandes infrastructures hors Paris (plus de 3 millions de véhicules par an) produites par le CEREMA Île-de-France ainsi qu’avec les cartes produites par la Ville de Paris sur son réseau. Pour cela, un travail considérable de collecte et de mise à jour de l’ensemble des données d’entrée nécessaires (données de trafic, localisation des établissements sensibles, des écrans anti-bruit, nature des revêtements…) est réalisé, qui nécessite l’implication des collectivités et des gestionnaires d’infrastructures et qui permet in fine la production de cartes les plus fidèles possible à la réalité.

Les cartes de bruit ferré sont produites par le CEREMA Île-de-France pour les infrastructures de la SNCF, et par la RATP pour son propre réseau, et Bruitparif en réalise la sommation pour produire une carte globale du bruit ferré à l’échelle régionale.

Les cartes de bruit des trois grands aéroports franciliens sont réalisées par Aéroports de Paris pour le compte de la DGAC, Bruitparif réalisant la mise au format réglementaire pour les collectivités, et mettant également à disposition des données complémentaires issues de ses stations de mesure et des campagnes temporaires réalisées autour d’autres aérodromes de la région Ile-de-France.

Enfin, le bruit industriel ne représentant pas un enjeu prioritaire en Île-de-France, une mise à jour de la liste des installations (ICPE de catégorie A potentiellement bruyantes) est réalisée par commune en complément des cartes de première échéance déjà disponibles.

Cette répartition des tâches entre les acteurs autorise le respect d’un calendrier de réalisation des cartes stratégiques de bruit dites de 3ème échéance (2017/2018) en trois temps :

La 3ème échéance de 2017/2018 devrait ainsi permettre à toutes les collectivités concernées de se doter de cartes approuvées sur lesquelles elles pourront s’appuyer pour l’élaboration de leur Plan de Prévention du Bruit dans l’Environnement, et ainsi rattraper le retard en matière de mise en œuvre de la directive européenne.