• English
  • Français


Actualités

Résultats de la campagne de mesure de Bruitparif réalisée au sein du Val d'Oise dans le cadre du projet Serqueux-Gisors

Résultats de la campagne de mesure de Bruitparif réalisée au sein du Val d'Oise dans le cadre du projet Serqueux-Gisors
Bruitparif - 04/04/2016
Le développement du port du Havre pour accroître ses activités et faire face à la concurrence des ports du nord de l’Europe a conduit SNCF Réseau à envisager le renforcement de sa desserte ferroviaire. La ligne Paris – Rouen – Le Havre étant déjà presque à saturation, un itinéraire alternatif a semblé indispensable pour permettre un accroissement de la capacité de circulation de trains de marchandises entre les ports normands du Havre et de Rouen et Paris.
L’itinéraire alternatif envisagé est celui reliant Le Havre à Paris via Serqueux-Gisors. Cette ligne, traversant le département du Val d’Oise, est actuellement quasi-exclusivement dévolue au trafic voyageurs, principalement des Transiliens (ligne J) et quelques TER.
 
Le développement de fret sur cette ligne nécessite des travaux de modernisation permettant à terme d’assurer une capacité et des performances au moins équivalentes à l’itinéraire historique. Ces travaux comprennent la réalisation d’un raccordement direct au sud de Serqueux, la mise en place d’un nouveau système de signalisation et de télécommunication entre le train et le sol, l’électrification de la ligne, la suppression de passages à niveau et l’aménagement d’ouvrages d’art.
 
L’annonce de ce projet a soulevé de vives inquiétudes de la part des riverains de la ligne, notamment vis-à-vis du risque d’augmentation significative des nuisances sonores liées à l’accroissement du trafic ferroviaire. La circulation de trains de fret en période nocturne cristallise notamment ces craintes.
 
Ces inquiétudes, relayées par des élus locaux du Val d’Oise, ont conduit Bruitparif à mettre en place une campagne de mesure des niveaux de bruit le long du tracé dans le but de dresser un état des lieux acoustique initial. Si le projet de modernisation venait à être réalisé, il sera ainsi possible de caractériser précisément son impact sur les niveaux sonores.
 
7 sites du Val d’Oise ont ainsi été équipés de systèmes de mesure de bruit entre début novembre et mi-décembre 2015. Sur les 7 sites, 6 ont permis de caractériser le bruit ferroviaire et 1 a été consacré à la documentation du bruit routier le long de la RD14. Ce dernier permettrait, si le projet de modernisation de la ligne était mis en place, de documenter l’influence sur les niveaux de bruit du report modal du transport routier vers le fret ferroviaire.
 
Lors de l’exploitation des mesures réalisées, Bruitparif s’est attaché à calculer les principaux indicateurs énergétiques moyennés des contributions sonores ferroviaires sur les périodes de référence (LAeq 6h-22h, LAeq 22h-6h, LDEN) classiquement utilisés dans la réglementation, mais aussi de fournir un certain nombre d’informations relatives aux caractéristiques des événements sonores ferroviaires (niveaux LAmax, SEL, nombre d’événements identifiés par périodes…), en faisant la distinction entre les trains de voyageurs et les trains de fret.
 
Les résultats montrent tout d’abord d’importantes disparités de trafic selon les sites. Les sites les plus éloignés de l’agglomération parisienne (Osny, Ableiges et Chars) présentent un trafic ferroviaire moindre composé quasi exclusivement de trains de voyageurs (environ 58 trains par jour à Osny et 29 trains par jour à Chars et à Ableiges). Il n’y a aucun passage de train de fret. Il n’y a que quelques passages isolés de trains la nuit entre 22h et 6h. Les nuits du week-end présentent même un trafic ferroviaire nul sur Chars et Ableiges. Le site d’Eragny présente un trafic un peu plus important avec environ 120 trains par jour, dont quelques trains de fret et de travaux (respectivement 2 et 5% du trafic global). Le trafic nocturne reste relativement faible, de l’ordre d’une quinzaine de trains en moyenne. Le site d’Herblay présente un trafic de l’ordre de 177 trains par jour, dont quelques trains de fret et de travaux (respectivement 3 et 1% du trafic global). Le trafic nocturne représente environ une vingtaine de trains par nuit en moyenne. Enfin, le site de Cormeilles est celui présentant le trafic le plus important avec environ 219 trains par jour, dont environ 5 trains de fret et quelques trains de travaux (respectivement 2 et 1% du trafic global). Le trafic nocturne représente de l’ordre de 27 trains en moyenne.

Tous les sites présentent des niveaux de bruit dus au trafic ferroviaire inférieurs aux valeurs limites réglementaires pour ce qui est des indicateurs énergétiques moyens.
 
S’agissant des indicateurs événementiels, une grande diversité des niveaux maxima atteints (LAmax) lors des passages de trains a pu être observée au sein même des trains de voyageurs sur les sites les plus fréquentés, un écart de plus de 30 dB(A) pouvant être constaté entre les trains générant le moins de bruit et ceux qui sont les plus bruyants. Ces différences d’émissions sonores entre trains de voyageurs peuvent s’expliquer par les caractéristiques acoustiques variées des matériels roulants ainsi que par leur vitesse de circulation (une différence d’un facteur deux dans la vitesse de circulation engendrant une différence de 9 dB sur le bruit de roulement). Les  trains de fret présentent des valeurs LAmax plus élevées en moyenne que les trains de voyageurs, le phénomène étant encore plus marqué si l’on s’intéresse aux valeurs de l'indicateur SEL en raison de la durée de passage des trains de fret qui est généralement supérieure à celle des trains de voyageurs. Certains sites présentent des dépassements de la recommandation du CSHPF (avis du 20 mai 2004) qui préconise de ne pas dépasser, en période nocturne, 10 événements de plus de 70 dB(A) en LAmax (NA70,night). Il s’agit des sites d’Eragny, d’Herblay et de Cormeilles.
 
 
 
SNCF Réseau et Bruitparif s'engagent dans un partenariat inédit
En direct - 28/03/2017
Didier Bense, Directeur général SNCF...
Le 3 mars, c'est la journée mondiale de l'audition
Bruit et santé - 28/02/2017
La journée mondiale de l’audition se tiendra le 3...